fragments d’une génèse oubliée.

Abdellatif Laâbi, Oeuvre poétique II

 

 

 

 

Le cri se tut

Et l’écho avec

Le voile prodigieux du calme recouvrit tout

Nul souffle
nulle vague
nul envol

Laps de doute
ou retour à l’originelle paresse
la féconde
d’où la beauté tient sa langueur
ses jambes arquées
ouvertes à la houle
ses chevilles de nectar
humectées

Ô silence
faille si rare
où se reposer de la vie et du trépas
des batailles pour un oui ou pour un non
des petits actes qu’on croit grands
de l’engrenage désirant du corps
des pas qui n’écourtent le chemin
que pour creuser l’éloignement
des lourdes secondes battant sauvagement les cadrans
de l’âge qui s’enroule comme un parchemin
rongé par les mites
des bancs rappelant peu ou prou
les ordres tyranniques de l’attente

Ô silence
quand tu ne manges pas du pain de l’oubli
et que tu règnes avec justice
sans glaive ni tambour
sans même le cliquetis de la balance
et la vibration inquiétante de l’aiguille

Tu n’es là
que pour un laps
D’un sourire amusé
tu en avertis les crieurs et les chalands

Tu passes vite
pour que personne n’ait l’idée
de t’élever au rang de dieu

Tu prends le contre-pied du mouvement
pour ne pas être dans la course
et tu dispenses
ce qui n’est ni bonté
ni châtiment
une simple faille
entre deux tumultes triomphants

Mais la faille est invisible
imprévisible
et quand on la découvre
par le plus grand des hasards
on se sent démuni
stupide

Paix sur la chrysalide de l’aube
sur la source assoupie
bercée par son chant
sur les mains jointes
Paix sur les hauteurs
en leur solitude consentie
sur les ruines faisant face à la mer
sur les ailes du phénix
imitant l’arbre

Paix sur le feu
se prélassant sous la cendre
sur les tombes fraîchement arrosées
et se préparant à un long siège
sur la grotte de l’âme
où les ombres ont cessé de danser

Paix sur toutes les blessures
le sang arrêté
les lames rouillées

Paix sur les mots en mal de géniteur
sur les couleurs
qui n’ont pas encore trouvé leur musicien
sur les suicidés
qui ne laissent aucun mot d’adieu

Paix sur l’ici et le là-bas
sur l’avant et l’après
le connu et l’inconnu

Mais tu n’es qu’un visiteur pudique
ô silence
un mystère de plus qui nous ronge

Et si tu n’étais qu’un messager du cri
Humble
si humble
que la moindre maladresse
fait voler en éclats
ton verre de cristal
avant que nous ayons pu
y porter nos lèvres ?

Abdellatif Laâbi, Poème 11, Fragments d’une génèse oubliée, pages 222/223. Œuvre poétique II, préface de Jean Pérol. Édition La Différence

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s