n’oubliez pas votre garde-fous, madame.

it’s called leaning out of the window in other languages, but i like the idea of ‘garde-fous. 🙂

here’s a definition from the Dictionnaire raisonnée de l’architecture française du XIe au XVIe siècle:

BALUSTRADE

s. f. Chancel, Gariol. Le nom de balustrade est seul employé aujourd’hui pour désigner les garde-corps à hauteur d’appui, le plus souvent à jour, qui couronnent les chéneaux à la chute des combles, qui sont disposés le long de galeries ou de terrasses élevées, pour garantir des chutes. On ne trouve pas de balustrades extérieures surmontant les corniches des édifices avant la période ogivale, par la raison que jusqu’à cette époque les combles ne versaient pas leurs eaux dans des chéneaux, mais les laissaient égoutter directement sur le sol. Sans affirmer qu’il n’y ait eu des balustrades sur les monuments romans, ne connaissant aucun exemple à citer, nous nous abstiendrons. Mais il convient de diviser les balustrades en balustrades intérieures, qui sont destinées à garnir le devant des galeries, des tribunes, et en balustrades extérieures, disposées, sur les chéneaux des combles ou à l’extrémité des terrasses dallées des édifices.

Ce n’est guère que de 1220 à 1230 que l’on établit à l’extérieur des grands édifices une circulation facile, à tous les étages, au moyen de chéneaux ou de galeries, et que l’on sentit, par conséquent, la nécessité de parer au danger que présentaient ces coursières, étroites souvent, en les garnissant de balustrades; mais avant cette époque, dans les intérieurs des églises ou de grandes salles, on établissait des galeries, des tribunes, dont l’accès était public, et qu’il fallait par conséquent munir de garde-corps. Il est certain que ces garde-corps furent souvent, pendant l’époque romane, faits en bois; lorsqu’ils étaient de pierre, c’était plutôt des murs d’appui que des balustrades. La tribune du porche de l’église abbatiale de Vézelay (porche dont la construction peut être comprise entre 1150 et 1160), est munie d’un mur d’appui que nous pouvons à la rigueur classer parmi les balustrades, ce mur d’appui étant décoré de grandes dents de scie qui lui donnent l’aspect d’un couronnement plus léger que le reste de la construction (1). Les galeries intérieures des deux pignons du transept de la même église, construit pendant les dernières années du XIIe siècle ou au commencement du XIIIe, possèdent de belles balustrades pleines ou bahuts décorés d’arcatures, sur lesquels sont posées les colonnettes de ce triforium. Nous donnons ici (2) la balustrade de la galerie sud, dont le dessin produit un grand effet.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s